Espace
parents

La Perception du temps par l’enfant

Rigolo Comme La Vie

L’enfant vit dans l’instant présent, son cerveau est encore immature et il ne le sera d’ailleurs pas avant l’âge de 30 ans.

Au début de sa vie, les zones cérébrales qui permettent la réflexion sont en pleine construction, ainsi que les liens émotions-réflexion. Ainsi l’enfant ne peut être que dans l’instant présent, il est dans l’incapacité d’anticiper, de prévoir ou de s’imaginer le temps… Il est centré sur l’action qui se déroule et non pas sur le temps qui s’écoule. Sa capacité à appréhender et comprendre les différentes notions autour de la temporalité et tout ce qui s’y relie va se construire progressivement pendant plusieurs années.

Notre propre rapport au temps, la manière dont nous le percevons et le vivons au quotidien va influencer cet apprentissage.


Nous n’avons pas d’organe sensoriel de perception du temps, cependant nous pouvons en tant qu’adulte estimer facilement 5, 10, 15 minutes alors que l’enfant lui n’en a pas encore les capacités.

Plusieurs concepts entrent en jeu dans la notion de temps et ces derniers s’acquièrent par l’expérience :

  • chronologie
  • antériorité/ postériorité
  • simultanéité
  • rythme
  • alternance
  • cycle
  • évolution
  • durée

Le temps vécu est de 0 à 6/8 mois, “subi” puisque le bébé dépend de son environnement, de son entourage. Les premières notions “d’attente” arrivent avec le besoin de se nourrir, l’enfant doit attendre que l’adulte réponde à sa faim.
L’enfant commence à repérer des moments temporels que l’on appelle également rituels. Au fur et à mesure qu’il grandit, il déchiffre, décode les successions, ce sont les prémices des suites de cause à effet. Son rapport au temps est encore très égocentrique, c’est à dire centré sur ses besoins, notamment physiologiques.

Le temps perçu correspond à la capacité de se représenter le temps: l’enfant s’approprie des séries temporelles. A travers le langage, l’enfant apprend entre 2 et 3 ans à faire la différence entre hier et demain, il n’a cependant pas encore la notion du passé proche et du passé lointain. Vers 3 ans il est en capacité de comprendre les notions de avant et après. Vers 4 ans l’enfant sait à quoi correspondent les notions de “matin, midi et soir”, il est en mesure de mieux comprendre les notions “hier, aujourd’hui et demain”. Il est capable de se situer dans le temps en comptant le nombre de “dodos”.

Le temps connu marque la fin de la période égocentrique. L’enfant entre dans le temps “social”, il est en capacité de comprendre la simultanéité des événements, il met en parallèle son temps personnel à celui des autres. Il peut se projeter dans l’avenir. Il est capable de nommer et de comprendre les saisons. Vers 6 ans il connaît l’enchaînement des différents jours de la semaine. Vers 7 ans il commence à apprendre l’heure, à utiliser et comprendre les notions “veille, après-demain, dans 3 jours…”

Le temps conçu correspond à la compréhension du temps en qualité de concept: objet abstrait en dehors de son entourage, de son environnement proche. L’enfant considérant le temps de manière globale peut alors entrer dans l’apprentissage de l’Histoire et de sa chronologie.

Chez Rigolo Comme La Vie comment ça se passe ?

Nos journées sont rythmées. Il existe dans nos structures une trame “déroulé de journée” qui permet tant aux professionnels qu’aux enfants de se repérer dans le temps. Ce déroulé de journée est composé de rites et rituels rassurants pour les enfants.

  • chanson du bonjour
  • atelier d’éveil
  • moments de changes
  • repas
  • temps calme avant la sieste ou le repas
  • sieste
  • goûter

A travers les répétitions régulières, les temps forts et les chants de transition, nous offrons la possibilité aux enfants de se situer dans leur journée. Ils apprennent progressivement les séries temporelles d’une journée à la crèche.

Lorsque le professionnel doit apporter un soin à l’enfant, il l’observe d’abord afin de ne pas le couper dans son action (s’il est en temps de jeu ou de lecture par exemple) il l’invite ensuite à aller changer sa couche, se laver les mains… lorsque celui-ci se désintéresse de son jeu. Par cette posture, il lui permet de prendre le temps nécessaire pour finir son jeu, pour aller au bout de ses découvertes et de son exploration.

Les temps de la vie quotidienne sont également des temps d’apprentissage : la préparation pour sortir au jardin par
exemple permet aux professionnels de prendre le temps d’accompagner les enfants dans l’acquisition et le développement de l’autonomie. Ces temps permettent à l’enfant d’expérimenter, d’essayer, sous le regard bienveillant de l’adulte.
En les accompagnant de la sorte, nous favorisons le développement de l’estime de soi et de la confiance en soi. Quelle fierté pour vos enfants d’apprendre à faire seul!

Le temps d’avancer à son rythme : nous proposons l’utilisation de la double cuillère pour accompagner les plus jeunes lors des temps de repas; nous proposons le pot aux enfants qui lui portent de l’intérêt sans jamais user de la contrainte.
Chaque enfant est unique et s’ancre à son rythme dans le groupe. Nous veillons à respecter chaque individualité dans le collectif.